Venezuela

Venezuela

solocoupleFamille

solo     couple      ZA1 euro = 7 vef dollar venezuelien
«République Bolivarienne».
Le Vénézuela revendique son héritage avec fierté : un passé mouvementé, la colonisation, l’esclavage, les guerres d’indépendance, les dictatures et les crises monétaires qui n’en finissent pas et plombent la nation.
Ce pays vous invite à prendre la route pour partir à la découverte des paysages, de cette immensité, des grands espaces vierges dès que l’on quitte les grandes villes. Les parcs nationaux sont parfois difficiles d’accès mais avec un peu de persévérance vous aurez l’honneur d’aller ou personne ne va…

brunei

Climat
Deux saisons découpent l’année : la saison des pluies qui dure de mai à novembre, et la saison sèche de décembre à avril, sauf dans la jungle où les précipitations sont quasiment permanentes. La saison sèche est plus propice à une visite du pays si vous voulez éviter la boue, mais le site des chutes de Salto Angel est bien plus spectaculaire en saison humide. Meilleure période de Janvier à Mars.

Littérature
Le voyage d’Octavio, Miguel Bonnefoy

Vent caraîbe, Julien Barois
Sous le soleil de Chavez, Pierre-Philippe Berson

Things to do
Coro, et la péninsule de Paraguana

Chichiviche
Caracas
La Gran Sabana, chutes de Salto Angel
Delta de l’Orenoque
La Cienaga
Playa Grande
Playa Medina
Ile Las Roques

Message personnel.
Je suis entré au Venezuela par la route, celle de l’ouest qui vient de la Colombie voisine. Pour ma part j’ai emprunté le bus de Riohacha jusqu’à la petite ville de Maicao, puis un taxi jusqu’à la frontière. Passage des douanes et attente sur le parking qu’un taxi-co se remplisse : 5 passagers dans une Chevrolet Caprice Classic des années 80, unique modèle des taxi locaux dans ce far-west vénézuelien, puis 10 heures de route en direction de Maracaibo, ville portuaire sale et dangereuse, sans grand intérêt, sauf le centre historique. J’y ai passé une nuit et un jour, ensuite j’ai repris un taxi co jusqu’à Coro, une petite ville coloniale magnifique, porte d’entrée de la péninsule du Paraguana. C’était en décembre 2013, juste après les élections municipales, les magasins et les restaurants étaient vides, rien à manger, rien à acheter, juste du rhum et de l’essence à un prix dérisoire de 25 cents le litre…

Ou dormir
Maracaibo : hotel Doral
Coro : El Gallo guest house