Nicaragua

Nicaragua

solocoupleFamille

solo     couple      ZA1 euro = 31 cordoba NIO

Moins connu que son voisin le Costa Rica, et bien meilleur marché, le Nicaragua a de quoi satisfaire les vrais voyageurs… mais attention cela commence à se savoir, même en Europe… Le pays est une destination de choix en Amérique centrale, de multiples activités, des paysages de rêve, des plages vierges de tout touriste sur des kms, une architecture locale très bien conservée, beaucoup d’artistes, de nombreux baroudeurs et très peu de tourisme de luxe. Un pays merveilleusement authentique qui en fait mon coup de cœur Number One sur toute la planète… !

nicaragua_map[1]

Climat est tropical, donc chaud et humide, avec une saison des pluies qui s’étend de juin à octobre sur la cote pacifique. Sur la cote caraibes il pleut régulièrement, presque tous les jours, éviter juillet à septembre sur tout le pays. Il est donc préférable de se rendre au Nicaragua coté pacifique entre janvier et avril, pendant la saison sèche : T° entre 30 et 35°C.

Littérature
Lonely Planet Central America
Moskito coast, Peter Ford
Retour à Eden, Christophe Donner
El pais de las mujeres, Gioconda Belli

Things to do
Managua, Leon, Granada, Masaya, Esteli, Ocotal, San Juan del Sur, Omotepe, Little Corn Island, Matagalpa, Chinandega, Corento, Cosiguina, Las Penitas, La Boquita, Puerto Cabezas, Dakura, La Moskitia coast
Volcan Masaya
Laguna d’Apoyo, Laguna d’Asososca
Canyon de Somoto
Volcan Concepcion, Omotepe
Descente en luge du volcan Cerro Negro
Les plages de San Juan del Sur
Reserve Charco Verde, Padre Ramos
Plage et ranchs  de Poneloya
Totuguero, El Castillo, Jinotega
Puerto sandino
Musée des Traditions à Leon

Message personnel.
Le Nicaragua a vécu pendant les années 70 sous la dictature de la famille Somoza, dans une guerre ouverte avec une autre famille de Managua les Chamorro. Le peuple nicaraguayen a énormément souffert de cette bataille politique et de la misère de leur pays car les Somosa ont détourné pendant des années, jusqu’à leur démission de la présidence en 1979, la majorité de l’aide internationale destinée au pays. Ensuite il y a eu la guerre des Contras soutenus par les USA jusqu’à l’Irangate (1987) en opposition aux Sandinistes nouvellement élu au pouvoir. J’arrive pour la première fois au Nicaragua en Octobre 1990, Violetta (Chamorro) vient de remporter les élections, le pays débute sa reconstruction après 20 années de guerre, de corruption, d’embargo, de répression et de terreur. Il n’y a aucun voyageur à part moi et mon ami Jérome, et quelques journalistes/photographes américains.
Impossible de passer la frontière au Nord, nous avons pris un vol de Guatemala Ciudad pour Managua dans un avion à hélices de 40 places qui faisait un stop dans chaque capitale d’Amérique Centrale. Au départ de Mexico il se rendait à Panama city, à l’époque ville et pays dirigé par Noriega.
Nous avons continué vers le sud en bus locaux, aucune aide, aucun échange avec la population, le regard des gens n’était pas bienveillant, nous étions des gringos détestés. Premier arrêt à Granada puis San Juan Del Sur avant la frontière avec le Costa Rica. Je garde le souvenir d’un pays dévasté, triste malgré les maisons colorées, un pays au début d’une nouvelle vie.

Presque 25 ans plus tard je fais le voyage à l’envers, en remontant en bus du Panama jusqu’au Mexique, et je reviens sur mes pas au Nicaragua. La renaissance a bien eu lieu, le pays est magnifique, je suis émerveillé après 3 semaines à le parcourir.

Ou dormir
San Juan del sur : Posada Punta del sol, Sunset guest house, Casa del Mar.
Granada : Casa Silas, Casa Antigua, Casa Rojas
Leon : Casa Ivana