Honduras

Honduras

solocoupleFamille

solo     couple       ZA1 euro = 25 lempira HNL

Le Honduras devint indépendant en 1838 , mais ce fut pour tomber rapidement sous le contrôle des grandes compagnies bananières américaines. Partez à la découverte du Honduras et laissez vous séduire par ses nombreuses richesses naturelles à l’instar de ses parcs, sa forêt, ses plages ou encore ses rivières. Lors de votre séjour, ne manquez pas non plus une visite du site de Copan, témoin du riche passé maya du pays, auquel on accède à partir du Guatemala… ainsi que les iles Roatan sur la côte Caraîbe.

honduras

Climat
Il est préférable de se rendre au Honduras de novembre à mai, lors de la saison sèche. En revanche, la côte caraïbe est à découvrir de février à juin, avec 33°C en moyenne. Sur la côte Caraïbe, de même que dans la région de la Mosquitia, il pleut toute l’année, octobre et novembre sont les deux mois à éviter, forte présence de moustiques et sandflies sur les plages et le soir après 17H…

Things to do.
Villes : Tegucigalpa, Comayagua, Gracias,La Ceiba, Tela, San Pedro Sula, Omoa, Puerto Cortes, Trujillo, Puerto Lempira
Iles : Roatan, Guanaja, Cayo Cochino (voir Roatan)
Copan
Parque Nacional Montana de Celaque
Reserva de Vida Silvestre Caratasca

Littérature
Lonely Planet Honduras ou Central america.
Trafics et crimes en Amérique centrale, Patrice Meyzonnier

Message personnel.
Les voyageurs ignorent tout du Honduras. Ce pays offre pourtant une diversité insoupçonnée de richesses culturelles et naturelles. Bien sûr, Tegucigalpa est une capitale à l’identité forte, La Ceiba une ville coloniale très pittoresque, Roatan des iles superbes (sauf Uttila), et Copan un site maya magnifique et incontournable. Il est aussi et surtout le point de départ de multiples activités, dont celle d’explorer une nature vierge. Dans la montagne Guacamaya, le parc des oiseaux offre la possibilité très rare d’observer de près l’oiseau national du Honduras, le Guacamayo, ainsi que d’autres espèces animales.
Mais c’est à l’autre bout du pays, dans la Reserva Silvestre que vous serez au contact d’une faune, d’une flore, d’une biosphère jamais contemplée, ou presque. Très peu de voyageurs ou scientifiques se sont aventurés dans ces lagunes. A ma connaissance il n’y a que les biologistes locaux et allemands qui sont allés là bas en avion et bateau au départ de Tegucigalpa, Puerto Lempira via Trujillo. J’ai fait le voyage dans l’autre sens, à partir de Puerto Cabezas (Bilwi) au Nicaragua. J’ai remonté la Moskita coast à bord d’un chalutier transportant des homards, du homard royal pêché au large de Dakura. jusqu’à Lempira. Une biosphère unique sommeille ici. L’inconnu commence ici.

Mais vous commencerez certainement votre voyage à Tegucigalpa. Les rues de la capitale sont étroites, sinueuses et à flanc de colline. Les maisons anciennes aux teintes pastel sont très typiques, ainsi que ses habitants. Non loin de là, les plantations de café de Santa Isabel feront plaisir aux amateurs d’un café fort en arabica. Possibilité de visiter les fabriques. Au sud-est du pays, la région vallonnée de Lempira est le cadre idéal pour des randonnées au cœur de la culture lenca. Au regard des petits villages qui ponctuent la route lenca, c’est à Santa Rosa à l’architecture coloniale que sont conçus des cigares de renommée mondiale. Puis Copan, et passage de la frontière avec le Guatemala.

Le nord du pays fait face à la mer des Caraïbes, donc climat tropical, chaleur et pluie. L’exubérance de la végétation et la grande variété des espèces animales font du parc Pico Bonito et du jardin botanique Lancetilla une première expérience pour les amoureux de la nature. Embarquez à bord des petits wagons qui vous emmèneront jusqu’au refuge silvestre Cuero y Salado. De La Ceiba, plannifiez une journée sur les Cayos Cochinos, un îlot paradisiaque, une excursion à ne pas manquer au départ de Sambo Creek, se renseigner à l’agence Tourist Options La Ceiba.

Ou dormir
Tegucigalpa : Hotel Linda Vista, Leslie Place, Iberia Hotel

La Ceiba : Hotel El Estadio, Hotel Caribe, Oasis Hotel
San Pedro Sula : La Posada guest house, La Hamaca