Curaçao

Curaçao

solo     couple    Famille    ZA1 euro = 2 gulder ANG

La mer grignote sans fin les fondations de cette île néerlandaise aux eaux turquoises et aux nombreux hotels *****
Curaçao ne produit rien, l’ile est très sèche, rien ne pousse à part les banques, les complexes hôteliers et quelques raffineries. Les touristes et les employés des compagnies pétrolières aux alentours viennent à Curaçao pour dépenser leur argent et bronzer sur des plages artificielles aménagées au pied de chaque hôtel en bord de mer. Beaucoup de Macamba (hollandais) choisissent les îles A.B.C pour une semaine de farniente en plein hiver. Pour vous voyageurs, Curaçao est un bon point de départ pour naviguer autour de ces iles A.B.C ou vers le Venezuela tout proche, ou encore visiter la capitale Willemstad et ses batiments du XVIIème siècle, ses maisons typiquement hollandaises de couleurs rose, jaune ou vert pistache.
Langue : Papamiento
curacao

Climat
Les températures torrides pendant toute l’année de Curaçao tournent autour de 30°C et vous offrent un ciel ensoleillé constant. Octobre et février sont les mois soit-disant les plus pluvieux.

Things to do.
Mambo Beach

Rif Fort
Praia Kas Abou
District de Punda
Musée Tele
Aquarium marin

Littérature
Maria de Curaçao, J. Van de Wetering.

Message personnel.
Un seul voyage à Curaçao, mais quelle équipée !
Partis de Cayenne en voiture, nous avons pris la route N°1 qui mène à St Laurent du Maroni (environ 3 heures pour 250 km). J’ai garé et laissé mon Ford Ranger chez Hélène sur la route de Mana. Son ami Roméo nous a emmené jusqu’au marché aux poissons de St Laurent oû nous attendait une pirogue clandestine (5e par pers) qui allait nous déposer de l’autre coté du fleuve Maroni, à Albina au Surinam. De là, Taxi Co (25e par pers) jusqu’à Paramaribo, 2 heures de conduite à toute vitesse, serrés à l’arrière comme des sardines, pas de clim, et pas d’amortisseurs sur une route cabossée, boueuse par endroit et parfois à sens unique sur 500m… Au centre ville nouveau Taxi Co pour nous emmener à l’aéroport international qui est à 40kms de Paramaribo. Partis depuis 5h du matin de Cayenne, il était 13h lorsque le gars nous a déposé devant le Terminal Departure, notre vol Surinam Airways de 16h était annulé et reporté au lendemain matin 07H30. Retour en taxi sur Paramaribo, une chambre à l’hôtel brésilien miteux (c’est pas le Krasnapolski) en face du Conforama, une petite nuit de sommeil, et retour à l’aéroport. 30 heures de voyage au total pour atterrir enfin à Curaçao…
J’ai ensuite passé une semaine sur l’Ile, voici quelques photos pour vous donner une idée des lieux ! L’île est paradisiaque ! 

D’Ouest en Est, Aruba, Curaçao et Bonaire sont trois îles du sud des Petites Antilles, installées à quelques encablures des côtes vénézuéliennes. Seuls 200 kilomètres séparent l’extrême ouest d’Aruba et l’extrême est de Bonaire. Anciennes colonies néerlandaises, Aruba et Curaçao sont désormais autonomes alors que Bonaire est devenue une municipalité des Pays-Bas après la dissolution des Antilles Néerlandaises en 2010. Très peu connues des Français, elles sont surnommées ABC Islands par les Néerlandais et les Anglo-saxons qui sont nombreux à y venir en vacances, notamment les Américains. Il faut dire qu’à l’image de leurs voisines, ces trois bouts de terre ne manquent pas d’atouts pour séduire les amateurs de farniente sous les cocotiers. Bonaire et Curaçao sont particulièrement prisés pour leurs lagons à l’abri de longues barrières coralliennes alors qu’Aruba réserve les plus belles plages. Rassemblant d’excellents spots pour les plongeurs débutants comme avertis, les trois îles sont également célèbres pour leurs carnavals endiablés. L’héritage colonial néerlandais et espagnol, la mixité de la population descendant majoritairement des anciens esclaves africains et la proximité de l’Amérique latine en font des îles festives et très métissées.
222