Belize

Belize

solocoupleFamille

solo     couple     ZA1 euro = 2.4 belizean dollar BZD

Le Belize est une destination complète, diverse par ses paysages et ses activités, hautement authentique, safe, un paradis aux Caraibes à visiter en solo, en couple ou en famille (sur les Cayes). Ce petit pays anglophone (ancien Honduras Britannique) compact et bon marché, abrite une faune et une flore fascinante à observer en forêt ou sous l’eau autour des Cayes. Au nord-est, le Belize est plutôt une terre de jungle luxuriante, pour les intrépides. Côté plages sur la cote Caraîbe, ce sont de vastes étendues de sable blanc bordées d’une mer d’un bleu profond constellée d’îles de toutes tailles. Autre découverte, mais beaucoup moins accessible, les communautés Mennonites installées au nord du pays autour des villes d’Orange Walk et San Ignacio.
Le Belize est très connu pour ces nombreux sites de plongées au large et autour des Cayes, le fameux Blue Hole par exemple…

Belize

Climat
Le Belize jouit d’ un climat tropical humide. La chaleur se ressent tout au long de l’année hormis dans les monts mayas. La saison des pluies (de juillet à novembre) entraîne parfois des ouragans et des inondations. Les pluies sont moins importantes dans le nord du pays. Préférez partir de Décembre à Mai.

Things to do.
Livingstone (Guatemala)
Belize city
Dangriga
Corizal
Excursion dans la jungle
Farniente et plongée sur les Cayes
(Tobacco caye, Caye Caulkner)
The Blue Hole (plongée)

Littérature
Guide Loney Planet Belize
Belize, Alain Dugrand

Message personnel.
Mon premier voyage au Belize date de 1990, nous avions échoué à Belize City un peu par hasard, en descendant du Yucatan voisin vers le Nicaragua. A cette époque, le Belize était totalement inconnu du reste du monde. Sans le prévoir nous sommes arrivés le jour anniversaire de l’indépendance (21 Septembre), la ville était en fête et à voir le regard des gens, notre présence tout juste tolérée : les gringos n’étaient pas très appréciés… les habitants du Belize sont pratiquement tous des descendants d’esclave ou des Garifuna. Aujourd’hui Belize city est une ville dynamique, centre névralgique du pays, plus importante que sa capitale Belmopan.
Un autre voyage en 2006, et en 2014. Cette fois je suis entré au Bélize par Livingstone coté Guatemala, un petit village de culture Garifuna qui n’a presque pas bougé depuis mon premier voyage il y a plus de 20 ans. A l’exception de quelques batiments modernes nouvellement construits, Livingstone  a gardé son âme.
De là j’ai pris un bateau pour Punta Gorda le port d’entrée du Belize, ensuite un bus pour Placencia puis un autre jusqu’à Dangriga. De là il est facile de choisir sa direction pour voyager à travers le Belize. Autant les cayes sont safe, autant la forèt et la région frontalière avec le Mexique et le Guatemala est un peu plus « wild », les routes sont moins surveillés, les trafics multiples… le Belize, en dehors de l’économie touristique, est aussi une plaque tournante  et discrète du trafic de cocaine vers le Mexique. Ne vous enfoncez pas trop profondément à l’intérieur du pays.
Dans cette même région, les mennonites sont ont leur communauté, quasiment inaccessibles mais tellement fascinants, vous les reconnaitrez facilement avec leur pantalon noir à bretelles, chemise bleue, chapeau de paille et surtout leur ressemblance frappante, presque consanguine… très impressionnant… Ceux appartenant à une communauté moderne autour de Blue Creek répondront poliment à vos questions avec timidité et vous hébergeront peut ètre, les plus conservateurs, autour de Spanish Lockout ainsi que leurs femmes en général vous ignoreront totalement.
Une journée suffit pour visiter Belize city. Une grande balade dans les rues de la ville vous satisfera pour la découvrir complètement, nombreuses guest-house ou hôtel, quelques monuments, ville sympa pour l’atmosphère, pas très sécure le soir pour sortir.
Bien plus calme et plus au nord du pays, la ville de Corozal. Je m’étais installé au Copper House Inn, une charmante guest house tenue par une dame anglaise toute aussi charmante et serviable, excellent breakfast, et diner sur la terrasse… Corozal est un peu éloigné mais j’ai retrouvé la même petite ville paisible que lors de mon passage en 2008…

Pour sortir du pays ou prendre un vol international, je vous invite à rejoindre le Mexique (bus au départ de Corozal ou Chetumal pour Tulum) et de rejoindre l’aéroport de Cancun plutôt que celui de Belize City, ou de Mexico si vous souhaitez un vol vers l’Europe. Plus pratique, et plus économique.

Ou dormir :
Placencia : Lydia’s guest house
Corozal : copper house Inn
Lena’s guest house, Caye Caulkner